Test de paternité enceinte

 

Published: 2016/12/30

 

Comme dans les autres domaines de la médecine, les recherches liées à l’utilisation des ADN sont de plus en plus poussées, comme avec les tests de paternité prénatals, qui peuvent maintenant se faire sans que l’on soit besoin de faire recours à une intervention gynécologique. Ce test appelé test non invasif se fait avec une simple prise de sang de la maman et il offre des résultats qui sont fiables à plus de 99 %.

Comment se fait un test de paternité enceinte

Avant, pour pouvoir faire un test de paternité à un bébé qui n’est pas encore né, il fallait l’intervention d’un gynécologue, car il devait faire le prélèvement de villosités choriales ou du liquide amniotique par un procédé appelé amniocentèse pour ainsi procéder à la comparaison de son ADN à celui de son père ou ses pères supposés. En effet, ces procédés comportaient certains risques aussi bien pour le bébé que pour la mère, car ils peuvent dans les deux être cas, la cause d’une fausse couche et de dommage d’un membre du fœtus avec le prélèvement de villosité choriale surtout si cela s’est produit avant la dixième semaine de grossesse. Par contre, avec le nouveau test de paternité enceinte non invasif, il suffit d’une prise de sang à la maman, en plus d’un échantillon buccal du ou des pères présumés pour que l’on puisse pratiquer le test. En effet, la prise de sang doit se faire après la 11e semaine d’aménorrhée pour qu’il ait suffisamment de cellules fœtales dans le sang de la maman, ce qui va permettre d’isoler l’ADN du fœtus et procéder au test de paternité. C’est un procédé très facile à réaliser, car la prise de sang peut être faite par n’importe quel infirmier, il suffit de bien calculer les semaines de la grossesse pour ne pas faire la prise de sang avant la 11e semaine qui est la période exigée.

Le test de paternité non invasif : un procédé sûr et sans danger

Avec le test de paternité non invasif, il est maintenant très facile de déterminer avec exactitude la paternité d’un bébé qui n’est pas encore né sans avoir besoin de ne lui faire ne courir aucun risque, mais qui est aussi sans danger pour la maman du bébé. Les seuls inconvénients de ce nouveau test de paternité reste son coût qui varie en France dans les environs de mille euros du fait que les tests se font aux États-Unis et que même dans ce pays, il n’y a que quelques laboratoires qui sont habiletés à le faire. En plus du fait que cela va faire que la maman et le père ou les pères supposés vont devoir prendre leur mal en patience, car il peut se passer entre 8 à 10 jours entre la réception de l’échantillon et la disponibilité des résultats.

 

En lire plus