Test de paternité belgique

 

Published: 2016/12/30

 

Le test de paternité en Belgique est une analyse qui se fait par la comparaison de l’ADN de deux personnes ou plusieurs personnes, c’est-à-dire un enfant et son ou ses pères présumés, pour déterminer avec exactitude qui est le s’il est le père biologique de cet enfant. S’il existe des pays qui ne permettent pas à tout le monde de le faire, il y a des pays qui l’ont légalisé, mais le font accompagner avec certaines conditions tandis qu’il y a des pays qui l’ont totalement légalisé avec presque pas de conditions. Quand est-il de la Belgique ?


Quelles sont les conditions pour faire un test de paternité en Belgique ?

La législation belge permet à toutes les personnes qui désirent effectuer un test de paternité Belgique de le faire librement. En effet, le test de paternité permet d’éclaircir très rapidement les doutes qui pèsent sur la filiation d’une personne, quel que soit son âge, pourvu qu’il existe un échantillon de l’ADN de son supposé père. C’est pour cette raison, qu’il existe de nombreuses cliniques qui font les tests d’ADN, à des prix très abordables en plus de vous assurer des résultats qui sont sûrs à près de 100 % partout à travers le pays. Cependant, avec la sexualité qui se banalise et se libéralise d’une façon croissante, les doutes liés à la paternité sont très fréquents, ce qui fait que la demande augmente de jour en jour. Il suffit que la personne qui désire le faire d’acheter un kit de prélèvement et d’envoyer les échantillons qui sont le plus souvent de la salive, à un laboratoire pour dissiper une bonne fois pour toutes, le doute qui plane sur la filiation d’une personne.


Quand doit se faire un test de paternité

Le test de paternité en Belgique permet de déterminer avec exactitude qui est le père d’un enfant.  Auparavant, il fallait attendre la naissance de l’enfant pour le faire ou prendre le risque de faire le test durant la grossesse avec l’intervention d’un chirurgien, qui va faire un prélèvement du liquide amniotique ou de la villosité choriale. En effet, ces procédés qui permettent de déterminer l’ADN du bébé, pour pouvoir le comparer à celui de son ou ses supposés pères, comportent certains risques aussi bien pour le bébé que pour la mère. Par contre, avec le nouveau test de paternité non évasif, il est possible de faire le test de paternité à partir de la neuvième semaine de grossesse, avec simplement une prise de sang de la maman. Pendant cette période, le sang de la future maman comporte suffisamment de cellules fœtales qui font que l’on peut en ce moment isoler l’ADN du bébé et faire le test sans aucun risque pour la maman et le bébé.